Forum de demo

forum de demo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une âme tourmentée : Féréan [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féréan
Vagabond
avatar

Nombre de messages : 1
Race : Garou
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Une âme tourmentée : Féréan [en cours]   Jeu 8 Mai - 0:51

Nom : Féréan

Race : Garou

Age : Une trentaine d’années en apparence

Description Physique :

Féréan ne se distingue guère du commun des mortels par son gabarit. Une carrure moyenne, un taille moyenne, des cheveux bruns, mi-longs et constamment en bataille, aux racines parfois blond clair. De temps en temps, il arrive de voir des mèches de cette même couleur parmi cette toison touffue. Ils retombent sur un front partant légèrement en arrière pour s’arrêter sur une ligne de sourcils broussailleux d’une couleur paille claire. Le reste de son visage est tout en angles et en creux et donne constamment l’impression d’une grande fatigue ou d’une lassitude extrême, à moins que ce ne soit les deux entremêlés.
Seuls ses yeux apportent une touche de vie sur cette face perpétuellement figée dans une moue inexpressive et distante. Ces même yeux sont une source de malaise et de surprise pour quiconque croise le regard de Féréan. D’un argent pur irisé de quelques reflets lumineux, ils possèdent en leur centre une pupille ronde d’un noir absolu dans lequel rien ne se reflète, pas même la lumière. Rien ne semble pouvoir arrêter de regard d’argent, pas même la chair, ce qui donne l’impression très désagréable que Féréan est capable de lire dans les esprits comme dans un livre ouvert. Cette particularité physique pour le moins intrigante, tant par son exceptionnalité que par ce qu’elle pourrait impliquer, lui vaut d’être systématiquement mis à l’écart de la société. Tout le monde se méfie de lui, et l’évite. Même les âmes généreuses refusent de donner l’aumône. Féréan n’a donc ni les moyens de s’offrir les services d’un barbier, ne de s’acheter des vêtements neufs.
Aussi porte-t-il toujours des vêtements sales et rapiécés aux couleurs défraichies par le soleil et les intempéries. Brun, noir, pourpre, émeraude. Tout y passe et devient un beige, gris, rose, ou vert pâle, sillonné de longues trainées blanches. Un gilet de cuir craquelé par le temps et l’usage ainsi qu’une chemise en laine rongée par les mites dissimulent aux regards les nombreuses cicatrices qui le couturent, silencieux témoins d’affrontements passés et présents. Un pantalon en tissu grossier recouvre ses jambes habituées aux longues marches et disparaît sous ses bottes. Ces dernières ont traversé tellement de rapiéçages successifs qu’il est impossible d’en déterminer la forme et les couleurs originales. Globalement, elles restent dans les tons bruns boueux. Une ceinture effilochée, garnie de raccords de toutes sortes ainsi que les lambeaux d’une cape de voyage peinent à compléter ce bien minable accoutrement.
Féréan peut cependant s’estimer heureux par rapport à d’autres personnes plus aisées que lui. Il peut devenir indétectable pour qui que ce soit si il se concentre suffisamment. Même s’il n’y arrive pas tout le temps, il peut se faire oublier avec une rapidité et une facilité déconcertante. Pour lui, l’important n’est pas de ne pas être vu, mais de ne pas être regardé. Cette discrétion exceptionnelle se double d’une agilité et d’une rapidité hors norme ainsi que d’une excellente endurance. Ses sens sont aussi très développés, notamment l’ouïe, l’odorat et la vue. Seule sa force reste en retrait, puisque elle peine à atteindre celle d’un homme normalement constitué qui n’aurait pas fait du maniement des armes son métier.
Ces dispositions ont énormément orienté son choix en matière de combat. Là ou d’autres ne misent que sur la puissance de leurs coups, Féréan opte pour un mélange de précision et subtilités. Feinte, esquive et ajustement sont ses maîtres mots lorsqu’il se bat. Ses armes reflètent parfaitement son style. Ses deux lames effilées, forgées dans un métal à la fois léger et résistant, sont plutôt petites, mais leur taille ainsi que leur forme les rend extrêmement maniables et rapides. La plupart du temps, elles sont rangées dans deux fourreaux jumeaux de cuir usagé accrochés dans son dos. Seules en dépassent les deux gardes, entourées de lambeaux de cuir pour une meilleure prise en main. Au combat en face à face, Féréan préfère le combat à distance. Il porte d’ailleurs son arme préférée en bandoulière sur son épaule gauche. Un arc composite de taille moyenne, tendu d’une corde en crin d’un animal qui n’a pas été vu depuis des siècles. Il allie solidité et une grande portée, tandis que ses flèches en bois, empennées de plumes de chouettes, et à la pointe argentée en assurent le silence et une aptitude incomparable à semer la mort.

Description Caractérielle :

Féréan est avant tout un solitaire. Il n’aime guère parler avec les autres, ou même leur tenir compagnie. Sauf s’il y est plus ou moins obligé. Dans ce cas, sa conversation se résume au strict minimum, prononcé d’une voix froide et monotone. Aux autres, il apparaît comme un monstre dénué de toute émotion. Capable d’égorger une enfant devant sa famille comme s’il dégustait une aile de poulet froide. Pour cela, tout le monde se méfie de lui, et le traite comme un étranger ou une sorte de monstre à figue humaine. Féréan leur répond par le plus souvent par un regard inexpressif qui sonne comme un avertissement à ceux qui souhaiteraient lui régler son compte. Il y a longtemps que de tels comportements ont cessé de le faire souffrir.
Féréan a enterré les rares souvenirs d’une époque plus joyeuse au fond de lui-même. Là où ils ne le dérangeront plus. Seule compte le temps présent. Ceux qui se retournent constamment vers le passé sont condamnés à vivre une non vie. Au fond de lui, Féréan n’a que mépris pour ceux qui passent leur temps à se plaindre sur des époques définitivement finies au lieu de tenter d’améliorer leur vie. De telles personnes ne sont aux yeux de Féréan que des parasites à éliminer pour que l’arbre puisse grandir. Pour Féréan, le monde va peu à peu vers sa propre destruction sans que personne ne s’en rende vraiment compte. Une raison supplémentaire qui fait baisser son estime des autres.
Cependant Féréan n’a guère plus d’estime pour lui-même. Il n’est après tout qu’une sorte de monstre inhumain. A force de se l’entendre répéter tellement de fois lorsque il était jeune et influençable, il a finit par y croire. Peut-être est ce pour cela qu’il refuse de se lier plus avant avec des personnes qu’il ne déteste pas. Ou tout simplement pour ne pas les faire souffrir inutilement.
Car Féréan n’est en réalité pas totalement humain. Il est ce que les légendes appellent un Garou. Mi homme mi bête. Féréan se bat constamment pour conserver le contrôle de lui-même. Pour ne pas laisser la bête qui sommeille en lui éteindre son étincelle humaine. Cette lutte incessante lui ôte toute envie de rire ou de plaisanter, et lui laisse un gout amer dans la bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une âme tourmentée : Féréan [en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessins Daimon
» MARIE DE GUISE ? Pensées d'une reine tourmentée.
» Tutorat pour une rose tourmentée [PV Ukraine]
» [ÉVENT] Un rêve très tourmenté... [OUVERT]
» Chez Eäràr, maître d'arme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de demo :: Royaume de Maélor :: Pour bien commencer... :: Présentations-